Didier Mbenga: «En Afrique, le corona sera incontrôlable»

@DR
@DR

Dallas… ton univers impitoyable. Pour Didier Mbenga, la ville texane est plutôt un eldorado. C’est là que le rêve de l’ancien pivot à l’envergure démesurée est devenu réalité. Là qu’il a élu résidence, avec sa « fiancée » comme il l’appelle, Céleste. C’est à Dallas que le Congolais, qui avait fui la chasse aux Tutsis et devint basketteur par le hasard d’une rencontre avec Willy Steveniers à Anvers, embrassa une improbable carrière de star : naturalisé, et profondément attaché à son pays d’adoption, il reste le seul Belge qui a joué en NBA (de 2004 à 2012) et qui y a été « bagué », sacré « champion du monde » à deux reprises, en 2010 et 2011 avec les Los Angeles Lakers de Kobe Bryant, son ami décédé tragiquement fin janvier dans un accident d’hélicoptère.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct