Masques pour la Belgique: comment une «boîte aux lettres» luxembourgeoise a raflé la mise

Les commandes en urgence de masques font naître bien des vocations. C’est la société luxembourgeoise Avrox et ses improbables dirigeants, qui doivent livrer 15 millions de protections en tissu au ministère de la Défense.
Les commandes en urgence de masques font naître bien des vocations. C’est la société luxembourgeoise Avrox et ses improbables dirigeants, qui doivent livrer 15 millions de protections en tissu au ministère de la Défense.

Après s’être engagé à fournir un masque en tissu à chaque Belge, le gouvernement fédéral a chargé la Défense de passer commande. C’était le 27 avril dernier. Voilà le ministre Philippe Goffin (MR) en mission commando pour dégoter en urgence une grosse dizaine de millions de masques. Le marché public est lancé le lendemain, sous la forme d’une procédure négociée sans publication. Pour faire simple, c’est donc l’Armée qui est partie à la recherche de fournisseurs potentiels. 160 sociétés ont été approchées, dans une première phase. Un second tour de prospection a été lancé le 30 avril, suite à une mise à jour des spécifications des masques (une norme créée pour l’occasion par le SPF Economie). Et la Défense a clôturé ses consultations le 2 mai, en identifiant 41 fournisseurs potentiels. Un cahier des charges leur a été envoyé, et elles avaient jusqu’au 4 mai 15 heures pour remettre offre. Il faut reconnaître que les choses n’ont pas traîné, ce que salue l’opposition PS et Ecolo/Groen.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct