Elia, frappée au cœur, a dribblé le coronavirus

«
C’est quelqu’un qui a beaucoup de potentiel, qui en veut beaucoup, qui est fort ouverte et qui écoute
», affirme la capitaine de son équipe de basket.
« C’est quelqu’un qui a beaucoup de potentiel, qui en veut beaucoup, qui est fort ouverte et qui écoute », affirme la capitaine de son équipe de basket. - D.R.

Récit

Une myocardite fulminante. « On ne saura peut-être jamais pourquoi la maladie a eu cet effet-là sur elle », conclut Sylvie Lizin. Infirmière, cheffe adjointe de l’un des services de gériatrie de la clinique du Bois de l’Abbaye (Seraing), Sylvie a tout compris, tout assimilé des semaines tragiques que vient de traverser Elia, 18 ans à peine, son deuxième enfant et unique fille. Mais ce que cette mère ne peut comprendre, c’est pourquoi le virus a frappé une jeune étoile montante du basket, ne lui a donné aucune fièvre, aucune toux, n’a infecté ni ses poumons ni ses reins, pour mieux frapper au cœur et manquer l’emporter.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct