«Il n’y a hélas pas de déconfinement pour les violences faites aux femmes»

«Il n’y a hélas pas de déconfinement pour les violences faites aux femmes»
Roger Milutin.

Qu’avez-vous fait ces dernières semaines ?

Comme tout le monde. J’ai fait le ménage au coton-tige (elle rit), la cuisine, beaucoup de « tutos » pour les fabrications de masques. C’était dirigé vers l’Afrique mais cela a eu autant de succès en Occident. Et puis, j’ai réalisé, en regardant les informations, que les violences conjugales ont augmenté au rythme de la pandémie, à la différence qu’il n’y avait pas de déconfinement à l’horizon. La police a reçu 40 % de plaintes en plus en quelques semaines, les appels ont triplé au centre de détresse « violences conjugales » : c’est un combat que je veux porter avec tous, aussi via les écoles.

Comment ?

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct