400 millions de bières non bues: le secteur brassicole vit aussi la crise sanitaire

Pour les cafetiers ne disposant pas d’une terrasse, la reprise sera encore plus compliquée. © Frédéric Humblet.
Pour les cafetiers ne disposant pas d’une terrasse, la reprise sera encore plus compliquée. © Frédéric Humblet.

Inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco, la bière belge vit aussi sévèrement la crise du Covid-19. Les exportations, qui représentent 70 % de la production, sont depuis mars fortement limitées, alors que l’horeca est au point mort. Cela provoque une hibernation inédite du secteur brassicole, comme jamais depuis la seconde guerre mondiale.

Deux mois après le début du confinement, la Fédération des Brasseurs Belges dresse un premier bilan. « La fermeture de l’horeca était une mesure nécessaire pour garantir la sécurité sociale et la santé », commente Nathalie Poissonnier, directrice des Brasseurs Belges. « La fermeture des cafés a permis, entre autres, de ralentir la propagation du virus. Mais le moment est venu d’envisager la réouverture de tous les établissements horeca, y compris les cafés, et de trouver un équilibre entre des règles de santé et de sécurité strictes mais nécessaires. »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct