Le retour de Vincent Kompany ou quand Anderlecht a dribblé David Beckham

Kompany a pris la pose, entouré par Coucke (à gauche) et Verschueren, le 25 juin, lors de sa présentation à Anderlecht.
Kompany a pris la pose, entouré par Coucke (à gauche) et Verschueren, le 25 juin, lors de sa présentation à Anderlecht. - Photo News.

A l’impossible nul n’est tenu. Le 19 mai 2019, à quelques heures d’un match crucial à Gand où il espère sauver les apparences en grappillant in extremis un ticket européen pour la 56e saison de rang, Anderlecht frappe un grand coup sur la scène médiatico-sportive belge : juste avant midi, Vincent Kompany annonce via un message sur les réseaux sociaux qu’il revient dans son club formateur en tant que joueur et dirigeant. Tout le monde est pris de court par ce tremblement de terre dans le landerneau du football belge. Après onze saisons à Manchester City, où il a tout gagné à l’exception de la Ligue des champions et s’est érigé comme un leader dans une des meilleures formations d’Europe, le capitaine des Diables rouges revient au bercail. Certains osaient à peine imaginer la chose. Le duo Coucke-Verschueren l’a fait. Et s’offre là, l’immunité la plus puissante dont il pouvait se doter pour affronter vents et marrées après une première saison pleine qui vire au cauchemar.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct