La police pourra se passer de l’aide des militaires en rue à partir de septembre

La police pourra se passer de l’aide des militaires en rue à partir de septembre
Hatim Kaghat

A partir de septembre, la police n’aura plus besoin de l’aide des militaires pour mener des missions de surveillance anti-terrroriste, à l’exception de la surveillance d’installations nucléaires en Flandre. Cela mettrait ainsi un terme à plus de cinq ans et demi d’opération Vigilant Guardian, écrit samedi De Tijd.

Diminution au cours des années

L’opération Vigilant Guardian a débuté en janvier 2015 à la suite du démantèlement de la cellule terroriste de Verviers et de l’attentat contre la rédaction de Charlie Hebdo à Paris. Les militaires ont été appelés en renfort de la police pour patrouiller en rue et surveiller des sites sensibles. Après les attentats du 22 mars 2016, jusqu’à 1.800 militaires ont été appelés à soutenir la police.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct