Le patron de l’Ocam au «Soir»: «On n’a jamais oublié l’extrême droite»

«
L’enjeu c’est la détection précoce des extrémistes violents. Nous avons énormément appris de la crise djihadiste.
»
« L’enjeu c’est la détection précoce des extrémistes violents. Nous avons énormément appris de la crise djihadiste. » - Pierre-Yves Thienpont / Le Soir.

entretien

Comme tous les services de l’Etat, l’Organe de coordination pour l’analyse de la menace (Ocam) travaille dans des conditions difficiles : télétravail, équipes divisées en deux pour moins se croiser. Le tout avec des menaces qui évoluent en période de coronavirus, sous l’effet de nombreuses fake news qui tournent sur Internet. Rencontre au siège quasi-désert de l’Ocam avec son directeur, Paul Van Tigchelt.

La menace d’un attentat d’extrême droite est-elle aujourd’hui aussi forte que celle d’inspiration islamiste ?

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct