En Syrie et en Irak, Daesh multiplie les agressions

Baghouz, dernier fief de Daesh, tombait en mars 2019. Même s’il ne dispose plus de base territoriale, l’Etat islamique n’a pas perdu son pouvoir de nuisance.
Baghouz, dernier fief de Daesh, tombait en mars 2019. Même s’il ne dispose plus de base territoriale, l’Etat islamique n’a pas perdu son pouvoir de nuisance. - afp

Malgré l’effondrement du « califat » autoproclamé en 2014 par Abou Bakr al-Baghdadi, malgré l’assassinat dudit « calife » l’an dernier, malgré la chute sinon l’anéantissement de toutes les agglomérations un jour tenues en Irak ou en Syrie par « l’Etat islamique » (ou Daesh) entre 2013 et 2019, l’organisation terroriste serait-elle en train de renaître de ses cendres ? La capacité de nuisance des djihadistes en question n’a certes plus rien à voir avec celle dont disposait le « califat » lorsqu’il régnait sur un territoire plus vaste que le Royaume-Uni, mais depuis de longs mois les attentats et autres exactions se multiplient au Moyen-Orient, faisant ressurgir des craintes qu’on croyait appartenir au passé. L’épidémie de coronavirus tombe en ce sens bien pour eux car elle a détourné l’attention et affaibli les régimes en place.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct