Un fonds pour partager le fardeau des pays «serrés»

La Chancelière allemande Angela Merkel.
La Chancelière allemande Angela Merkel. - Reuters.

Le timing était plutôt bien choisi pour l’annonce de la volonté de l’Allemagne d’une vraie solidarité européenne, basée sur des emprunts communs au bénéfice des plus touchés par la crise Covid-19. Le matin même, le fait que l’Allemagne pesait pour 50 % des aides publiques validées par la Commission pour atténuer le choc économique des mesures de confinement sur ses entreprises (contre 15 % environ pour l’Italie et la France, 3 % la Belgique et 2 % pour l’Espagne) avait fait couler beaucoup d’encre. Cela attestait le fait que tous les Etats n’étaient pas égaux face à la relance.

A côté du budget européen pour 2021-2027, la France et l’Allemagne proposent donc la création d’un fonds de relance de 500 milliards d’euros, sous forme de subventions aux Etats les plus touchés.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct