Luperto, toujours debout, toujours vivant

Le procès du bourgmestre de Sambreville s’est ouvert ce mardi.
Le procès du bourgmestre de Sambreville s’est ouvert ce mardi. - Belga.

Sambreville est un mirage, née de la fusion des communes. Un lieu qui ne mène nulle part. Du moins pas à Sambreville, un nom qui regroupe un ensemble de villages, mais pas un lieu propre. La maison communale se situe à Auvelais mais le bourgmestre est bien celui de Sambreville. Ce paradoxe n’est pas le seul qui rode dans le coin. Le bourgmestre, lui-même, est un rescapé de la tempête médiatique et judiciaire qui s’est abattue sur lui en novembre 2014 lorsqu’il fut perquisitionné et inculpé pour cinq faits d’outrage public aux mœurs en présence de mineurs. Mais Jean-Charles Luperto a fait face. Dignement. En plongeant dans ses dossiers. S’il concède l’abandon de son poste de président du parlement de la Fédération Wallonie/Bruxelles, qui le plaçait en première ligne d’attaques éventuelles, il choisit de conserver son mandat de maïeur et celui de député. « Rien n’aurait été pire que de se mettre en congé. Cela aurait été faire aveu de culpabilité ou de faiblesse.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct