Des villages franco-suisses coupés en deux: c’est inédit!

A Goumois, les douaniers ont remplacé les touristes.
A Goumois, les douaniers ont remplacé les touristes. - Yvain Genevay/« La Tribune de Genève »

Assis sur son vélo, un retraité bifurque juste avant le pont qui enjambe la rivière. « Ça fait deux mois que je n’ai plus traversé. La France, on n’ose plus y aller. » Or, pour lui, la France, c’est la moitié du village. Bienvenu à Goumois, sur les bords du Doubs. Quatre restaurants sur la partie française ; trois sur la suisse. Mais une seule église et un seul cimetière ouvert à tous ! Une vallée sauvage du canton du Jura qui fait le bonheur des pêcheurs, randonneurs et kayakistes. Or, en cette journée ensoleillée de mai, l’eau a beau scintiller et les arbres arborer un vert fluorescent, les douaniers ont remplacé les touristes.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct