Selon la Fondation Pelicano, l’absence de décision sur les camps d’été est «dramatique»

Selon la Fondation Pelicano, l’absence de décision sur les camps d’été est «dramatique»
Roger Milutin

L’incertitude est encore de mise concernant les camps et activités d’été en raison de la crise du coronavirus ; une absence de décision « dramatique pour les enfants et jeunes défavorisés », regrette la Fondation Pelicano contre la pauvreté infantile.

« Nous devons étudier, durant les prochains jours et les prochaines semaines, dans quelle phase et dans quelles conditions nous pourrons élargir nos contacts sociaux, envisager les stages d’été, les camps de mouvements de jeunesse », avait annoncé la Première ministre Sophie Wilmès, le 13 mai dernier, à propos de la phase 3, qui « n’aura pas lieu avant le 8 juin ».

« Un jour de plus dans l’incertitude, c’est un enfant défavorisé de plus qui risque de se retrouver sans camp cet été », estime Pelicano, qui appelle à ne pas attendre jusque-là et à ce qu’une décision soit prise le plus vite possible.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct