Boris Johnson échappe à une enquête pénale après des soupçons de conflit d’intérêt

Boris Johnson
Boris Johnson - afp

Le Premier ministre britannique Boris Johnson ne fera pas l’objet d’une enquête pénale sur des subventions accordées à une femme d’affaires américaine dont il était proche, a annoncé jeudi la police des polices britanniques.

L’affaire avait mis au jour les liens étroits du leader conservateur avec Jennifer Arcuri, ancien mannequin devenue femme d’affaires dans la haute technologie, qui avait bénéficié de financements publics lorsque Boris Johnson était maire de Londres de 2008 à 2016 et d’un accès privilégié à des missions officielles à l’étranger.

Boris Johnson avait toujours contesté toute irrégularité et refusé de confirmer qu’il avait eu une liaison avec elle.

L’administration régionale du grand Londres a saisi le service compétent en la matière - l’Independent Office for Police Conduct (IOPC) - afin qu’il évalue s’il y avait lieu d’ouvrir une enquête pénale contre l’ancien maire de Londres.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct