Lettre ouverte au ministre Pieter De Crem: «Monsieur le Ministre, vous mettez la population en danger»

Le ministre de la Sécurité et de l’Intérieur Pieter De Crem.
Le ministre de la Sécurité et de l’Intérieur Pieter De Crem. - Photo News

Monsieur le Ministre, parmi vos nombreuses fonctions, vous êtes responsable de l’ordre public et de la prévention, mais aussi de la gestion des crises et du secours à la population. C’est plus particulièrement sur ce dernier point que nous souhaitons vous interpeller.

Vous avez demandé aux gouverneurs de province de rappeler à l’ordre les bourgmestres qui ont pris ces dernières semaines des ordonnances imposant le port du masque obligatoire dans l’espace public.

Take Care of Care rappelle que ce point particulier a été discuté avec la Première ministre et que dans un communiqué commun il a été clairement stipulé que « porter un masque est une protection supplémentaire et justifie qu’une communication claire et une campagne de sensibilisation - Je te protège, tu me protèges - soit réalisée très rapidement ».

De nombreux experts belges et internationaux recommandent le port du masque dans l’espace public : ceci est un acte citoyen et solidaire !

En effet, le « masque citoyen » porté par chacun vise à diminuer la transmission du virus par des porteurs asymptomatiques ou faiblement symptomatiques. Par ailleurs, les recommandations de distanciation sont insuffisantes dès lors qu’il est établi que la dispersion du virus par voie aérienne peut se faire au-delà de deux mètres.

Les portes d’entrée du virus dans l’organisme étant le nez et la bouche, le port du masque dans l’espace public empêche la personne contaminée de disséminer le virus, et protège la personne saine d’en être atteint.

Au moment du déconfinement, la population a besoin de messages clairs, or votre intervention récente crée une fois de plus la confusion et risque d’exposer la population à la transmission du Covid-19. La résurgence d’un deuxième pic d’épidémie comparable à celui dont on peine à sortir, aurait des effets potentiellement catastrophiques pour les hôpitaux, les maisons de repos et de soins et la santé de la population.

Votre intervention auprès des bourgmestres qui avaient à juste titre souhaité que la population dont ils sont responsables portent le masque dans l’espace public est non seulement inopportune mais dangereuse. Inopportune car en porte-à-faux avec le communiqué de presse du gouvernement dont la Première ministre est le porte-voix. Dangereuse car interdire le port du masque obligatoire dans l’espace public est de nature à augmenter la transmission de la maladie… et donc d’entrainer le décès de citoyens que vous êtes censé protéger.

En effet, dans le cadre des mesures à implémenter pour organiser un déconfinement sécurisé, des simulations réalisées par des chercheurs experts en épidémiologie démontrent que rendre le port du masque obligatoire dans l’espace public de manière complémentaire à un testing généralisé serait de nature à diminuer jusqu’à plus de 1.000 le nombre de nouvelles infections chaque mois (1) .

Take Care of Care vous presse d’annuler sans délai votre courrier du 15 mai, car le port du masque dans l’espace public est un acte citoyen de salubrité publique dont votre fonction vous rend responsable.

(1) Journal Le Soir du 21 avril 2020

* Au nom de Take Care of Care Boris Bastens, médecin (Liège) ; Luc Lasser, geneesheer (Brussel) ; Béatrice Gulbis, médecin (Bruxelles) ; Elie Cogan, médecin (Bruxelles) ; Alexandre Clotuche, médecin (Oupeye) ; Jean-François André, médecin (Liège) ; Philippe Langlet, médecin (Bruxelles); Denis Brisbois, médecin (Liège) ; Marie-Eve Janssen, médecin, (Liège) ; Nicolas Charrette, médecin (Charleroi) ; Nicole Botembe, médecin, (Libramont) ; Thierry Lemineur, médecin (Liège) ; Frédéric Cotton, pharmacien biologiste (Bruxelles)

Cet article réservé aux abonnés
est en accès libre sur Le Soir+
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

     

    Cet article réservé aux abonnés est exceptionnellement en accès libre

    Abonnez-vous maintenant et accédez à l'ensemble des contenus numériques du Soir : les articles exclusifs, les dossiers, les archives, le journal numérique...

    7,5€/mois
    pendant 6 mois
    J'en profite
    Déjà abonné?Je me connecte
    Aussi en Cartes blanches