Un an après les élections, un nouveau gouvernement? C’est du 50-50

Paul Magnette (PS), Bart De Wever (N-VA), Joachim Coens (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR) détiennent pas mal de cartes pour la suite de la partie.
Paul Magnette (PS), Bart De Wever (N-VA), Joachim Coens (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR) détiennent pas mal de cartes pour la suite de la partie. - Belga, Photo News et Dominique Duchesnes.

Les élections du 26 mai 2019 ont vu les gouvernements s’installer dans les Régions et Communautés assez rapidement, durant l’été. Le fédéral manque à l’appel. La Belgique s’est enfoncée dans la crise politique, un long blocage émaillé de vaines missions royales, avant de subir l’impact de la pandémie. On se réveille dans un autre monde. Dans ces conditions, la formation d’un gouvernement de plein exercice prend un caractère d’urgence : après (ose-t-on croire) la crise sanitaire, il faut faire face à son impact économique, social, sans oublier la transition écologique qui s’impose à tous. Les discussions ont repris. Le duo Magnette-Rousseau s’active en coulisse. Les contacts entre présidents se multiplient (Georges-Louis Bouchez et Egbert Lachaert lundi). L’exécutif minoritaire emmené par Sophie Wilmès opérera jusqu’en septembre au plus tard. Quelles chances y a-t-il de voir advenir un « vrai » gouvernement d’ici là ?

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct