De son potager au Guggenheim, Tomato Man conquiert New York

De son potager au Guggenheim, Tomato Man conquiert New York
David Litvin

Tous les après-midi, Tomato Man fait son entrée par la porte de service qui donne sur les sanitaires et le distributeur de barres chocolatées, enfile des gants en latex, ajuste le masque sur son visage puis pénètre dans le potager et commence à s’occuper de ses tomates. C’est ce que fait David Litvin depuis trois mois et demi, comme des millions de personnes dans les champs ou dans leur jardin potager. Mais le cadre est bien différent : les tresses de tomates sont baignées d’une lumière de néon rose, longeant une vitrine à sept vantaux, et au-dehors, quelques rares voitures traversent la Cinquième Avenue. En face, Central Park. Et tout autour, une ville verticale d’acier qui comptait, avant la pandémie, parmi les plus bondées du monde.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct