L’efficacité du traçage se heurte à la protection de la vie privée

L’efficacité du traçage se heurte à la protection de la vie privée

L’Autorité de Protection des Données (APD), la Ligue des Droits Humains (LDH) et Amnesty International ont mis en garde mardi les députés contre les risques en termes de vie privée que contient la proposition de loi créant une banque de données utilisée pour le traçage des personnes contaminées par le covid-19. Les concepteurs de l’outil actuellement utilisé ont quant à eux mis en avant la nécessité d’un système efficace et maniable.

Depuis la fin avril, la banque de données utilisée dans le cadre du traçage téléphonique des personnes contaminées par le virus et de leur contacts repose sur un arrêté de pouvoirs spéciaux. Sa validité a été prolongée jusqu’au 30 juin. D’ici là, une proposition de loi doit être votée pour donner un cadre légal à cet outil.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct