En ville, la guerre à l’espace public est déclarée

A Londres, la solution est d’encourager les piétons et les cyclistes en réduisant la capacité des bus et du métro.
A Londres, la solution est d’encourager les piétons et les cyclistes en réduisant la capacité des bus et du métro. - Reuters

Le mot d’ordre actuellement est la « distance ». Mais l’appliquer en ville, ce n’est pas une mince affaire : là où l’on est déjà à l’étroit, difficile d’élargir les zones dédiées aux activités commerciales et de loisirs, aux transports publics et privés. Ainsi, dans le sillage du Covid-19, s’annonce une guerre qui pourrait radicalement changer notre manière de vivre : la guerre à l’espace.

La peur de la contagion transfère des volumes considérables de passagers des transports publics vers les transports individuels, et la voiture est privilégiée. Le succès du covoiturage est terni face au doute des consommateurs quant à l’efficacité des systèmes de désinfection. Le véhicule personnel est un atout lorsque l’on planifie les vacances à la maison ou, en tout cas, au sein des frontières nationales, sans trajets en train ni en avion.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct