Pass: transmettre du gai savoir, pas des virus

Le Pass, c’est le plaisir de découvrir en manipulant des objets. Comment s’adapter
?
Le Pass, c’est le plaisir de découvrir en manipulant des objets. Comment s’adapter ? - Sylvain Piraux.

Déconfiner un lieu ludique d’expérimentations scientifiques, c’est un casse-tête. « Nous ne sommes pas un musée “haut les mains” où on se promène les mains en l’air », note d’un sourire la directrice du Pass, Chris Viceroy. « Au Pass, on touche à tout, nous avons plus de 350-450 manipulations dans le musée. En conséquence, nous réfléchissons depuis fin mars-début avril à une reprise, mais avec la mise en place de protocoles spécifiques, de protections sanitaires complémentaires, dont le port du masque obligatoire. »

A l’agenda : une réouverture le 17 juin, un mois après les autres musées, à la fois pour permettre la mise en place de mesures dont la pertinence doit encore être évaluée et pour profiter de l’expérience de réouverture des autres musées. « Le masque obligatoire, nous le jugeons absolument nécessaire dans notre lieu puisque l’ensemble des manipulations rend impossible un nettoyage de chaque objet après le passage de chaque personne. »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct