Le dispositif de l’ULB pour une rentrée hors normes

Chaque auditoire ne serait rempli qu’au sixième de sa capacité.
Chaque auditoire ne serait rempli qu’au sixième de sa capacité. - Sylvain Piraux

Retrouvera-t-on, après la pandémie, le monde d’avant ? Beaucoup en doutent, sans toujours pouvoir cerner les contours futurs. Une certitude à ce stade, la rentrée académique de septembre 2020 ne ressemblera en rien à celle de 2019 ! Pourquoi déjà parler de rentrée alors même que la session de « juin » commence à peine ? Parce que, début mars, les universités ont dû réagir dans l’urgence, basculant en 48 heures des milliers de cours en présentiel dans une version numérique. Parce que ce monde de scientifiques est intimement persuadé que le virus ne nous lâchera pas de sitôt. Parce que, dans ces conditions, une rentrée avec des milliers de nouveaux étudiants ne s’improvise pas. Toutes les universités préparent donc minutieusement en ce moment des plans de retour sur les campus. Dans le secteur, l’Université libre de Bruxelles est la première à dégainer, livrant au Soir les détails d’une rentrée qui ne sera à nulle autre pareille.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct