Fil info
Denise, 98 ans, et son Jack Russel.
Denise, 98 ans, et son Jack Russel. - Dominique Duchesnes

Denise, retraitée

« Je suis née à Rocourt il y a 98 ans, mes parents tenaient une ferme. J’habite ici depuis une trentaine d’années et je peux vous dire que ça a bien changé. Pour moi, le confinement ne change pas grand-chose, je ne sais de toute façon plus faire mes courses, je me fais aider par une voisine et par mon petit-fils. Mais je vais encore promener dans le quartier avec Léon, mon Jack Russel. »

Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

    • Liège confinement quartier populaire ©DOMINIQUE DUCHESNES

      En quarantaine: sans jardin, sans kayak et sans résidence secondaire

    • Marcelle trouve le confinement long et angoissant.

      Marcelle, retraitée

      « J’habite ici depuis 31 ans, je suis veuve. Le confinement, je trouve ça long et angoissant. D’autant que depuis le début de l’année, je n’ai plus de voiture, je l’ai passée à mon petit-fils...

    • Denise, 98 ans, et son Jack Russel.

      Denise, retraitée

      « Je suis née à Rocourt il y a 98 ans, mes parents tenaient une ferme. J’habite ici depuis une trentaine d’années et je peux vous dire que ça a bien changé. Pour moi, le confinement ne change...

    • Dominique et son chien Demone.

      Dominique, sans emploi

      « Depuis dix-huit mois, je suis sans nouvelles de mes deux enfants, j’espère qu’ils ne m’oublient pas : ils s’appellent Victor et Valentin. Je n’ai aucune idée de l’endroit où ils se...

    • Ce printemps, Huberte devait aller voir son fils et sa petite-fille à Québec. Heureusement, il y a WhatsApp...

      Huberte, retraitée

      « Il ne se passe pas grand-chose dans le quartier. Il y a bien une brocante qui est organisée mais bon, avec ce qu’il se passe… Avant, ils organisaient un concours des plus belles jardinières...

    • Rodriguez, son amie Marie-Thérèse et leur chien Rex.

      Rodriguez, retraité

      « Je vis ici avec mon amie, Marie-Thérèse, et avec notre chien, Rex. Le plus ennuyeux avec ce confinement, c’est pour prendre le bus. Surtout quand il faut attendre le suivant parce qu’ alors...

    • Alvine, une de ses filles et son mari. L’infirmière a hâte de pouvoir à nouveau serrer dans ses bras les résidents du home où elle travaille.

      Alvine, infirmière en maison de repos

      « Dans mon organisation du temps, le virus n’a pas changé grand-chose car je travaille dans une maison de repos. On a perdu 40 résidents, ça a été terrible. Et beaucoup de collègues sont...

    0 Commentaire