Le Bœuf Carotte Club résiste dans la joie à l’AVC culturel

Nicolas Buysse (à gauche), Fabian Fiorini (au centre) et Greg Houben (à droite) en pleine préparation du BCC.
Nicolas Buysse (à gauche), Fabian Fiorini (au centre) et Greg Houben (à droite) en pleine préparation du BCC. - Olivier Truyman.

Le soleil tape, les oiseaux chantent, des enfants jouent… On est sur les hauteurs de Liège mais on se croirait sur une terrasse du côté d’Avignon. C’est là que Greg Houben et Nicolas Buysse se sont rencontrés pour la première fois, au Théâtre des Doms. Le premier jouait de la trompette dans Wild Party de Benoît Verhaert. Le second emmenait des spectateurs en balade dans la ville avec le réjouissant Trop de Guy Béart tue Guy Béart. « Depuis, on n’a pas arrêté de se recroiser dans des festivals et une grande amitié est née », sourit Nicolas Buysse. « On se disait souvent qu’il fallait qu’on fasse un truc ensemble mais ce n’était jamais possible. Et puis le Covid-19 est passé par là. Et tout à coup, on avait tout le temps du monde. Qu’est-ce que tu fais, toi ? Rien ! Et toi ? Rien… On en rigole mais on ne l’a pas très bien vécu, ce confinement. On était un peu en détresse. On fait un métier qui est basé sur l’urgence, le contact et tout à coup, tout ça s’est arrêté.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct