Johan Walem, l’ancien coach des Diablotins: «Je ne suis pas du tout parti sur une dispute avec Roberto Martinez»

photo news
photo news

Jeudi matin, première heure. Appel entrant numéroté +357. A l’autre bout de la connexion WhatsApp, Johan Walem, aussi matinal que ponctuel. Confiné à Nicosie avec son fils, loin de sa compagne et de nouvelle maison récemment achetée dans l’entité d’Enghien, l’ancien Diable vit des premiers mois très particuliers comme sélectionneur de Chypre. Coupé des terrains et de son nouvel environnement de travail, il tente de mettre en place tout ce qui est possible de l’être. En attendant le vrai démarrage prévu – mais pas encore confirmé par la Fifa – avec le début de la Nations League en septembre. L’occasion de prendre deux heures pour revenir sur un départ de l’Union belge passé quelque peu inaperçu lors de la longue trêve de quatre mois pour les sélections nationales.

Johan Walem, vous êtes resté très discret sur les raisons de votre départ, après deux séjours à la Fédération comme T1 des Espoirs. Pourquoi ?

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct