Dans le refuge pour LGBTQI+: «Le confinement m’a apporté plus de liberté»

En confinement, l’association du refuge a organisé des ateliers couture pour les jeunes hébergés
En confinement, l’association du refuge a organisé des ateliers couture pour les jeunes hébergés - Pierre-Yves Thienpont

Dans l’appartement meublé sommairement, quelques toiles lumineuses sont posées contre les murs, à même le sol. Des grands aplats de couleurs vives saturent les toiles. « J’ai commencé à peindre », glisse Goran*. Une activité initiée en confinement, pour combler tout ce temps, aussi mis à profit pour lire, perfectionner son néerlandais et son français. Mais ce n’est pas la seule chose que le jeune Géorgien a découverte durant cette période. « Depuis que je vis ici, je peux sentir une sorte de liberté, comme jamais je ne l’avais sentie avant. » Un paradoxe : « Pour la plupart des gens, c’est une période sans liberté. Pour moi, le confinement en a apporté plus qu’avant. »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct