Mort de George Floyd: du pain bénit pour Donald Trump, en théorie

Contesté pour sa gestion catastrophique de la pandémie du coronavirus, Donald Trump pourrait «
capitaliser
» sur les scènes d’émeutes de ces derniers jours.
Contesté pour sa gestion catastrophique de la pandémie du coronavirus, Donald Trump pourrait « capitaliser » sur les scènes d’émeutes de ces derniers jours. - Reuters.

De prime abord, les scènes d’émeute les plus violentes que l’Amérique ait connues depuis 1992 à Los Angeles devraient servir Donald Trump. Contesté pour sa gestion catastrophique de la pandémie du coronavirus, le président américain voit là l’occasion de faire coup double : capitaliser sur une diversion bienvenue pour incarner l’ordre face à la « chienlit », s’ériger en parangon d’une Amérique désarçonnée par ces scènes de pillages urbains.

Ses tweets, félicitant la garde nationale du Minnesota pour son intervention musclée et avertissant que « là où il y a des pillages, il y aura du plomb  », indiquaient la volonté de se présenter en « homme fort », impitoyable envers les « brigands » qui mettent le pays à feu et à sang.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct