Tourisme: en Grèce, la peur d’un virus importé

À partir du 1
er
 juillet, la Grèce se réserve le droit de refuser l’entrée depuis certains pays si les scientifiques craignent qu’ils soient toujours des zones à risque.
À partir du 1 er juillet, la Grèce se réserve le droit de refuser l’entrée depuis certains pays si les scientifiques craignent qu’ils soient toujours des zones à risque. - Reuters.

Sur la Riviera d’Athènes, à une vingtaine de kilomètres de la capitale grecque, les touristes qui envahissent les plages sont… grecs. Certes, depuis le 4 mai, le pays entame son déconfinement par étapes mais il reste verrouillé pour certains pays… dont la Belgique. Sur les réseaux sociaux, cette décision a suscité un sentiment d’injustice de la part de certains Belges qui souhaitent venir profiter de ce petit bout d’Europe entre l’Orient et l’Occident.

Jusqu’au 15 juin, l’administration recommande d’éviter tous les déplacements « non-essentiels ». En outre, tous les voyageurs venant de l’étranger sont soumis à un test. En attendant les résultats, ils doivent passer une nuit dans un hôtel. S’ils sont négatifs, ils doivent respecter un isolement de sept jours sur leur lieu de résidence. S’ils sont positifs, ils sont soumis à une quarantaine de deux semaines dans un hôtel désigné par l’administration.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct