Du champagne et des larmes pour Jacky Ickx au GP de France en 1968

Du champagne et des larmes pour Jacky Ickx au GP de France en 1968
AFP

Il a 23 ans, la fougue de la jeunesse un brin arrogante, du talent à revendre et un visage dessiné au pinceau. Les fées se sont penchées sur le berceau de Jacky Ickx dont l’éclectisme tracera une carrière hors du commun. Le Belge – il s’en rendra compte à diverses reprises – est aussi accompagné d’un ange gardien particulièrement efficace. En dépit d’une poignée d’accidents graves, la grande faucheuse n’a jamais ajouté son nom à une liste qui, à l’époque, ne cessait de s’allonger.

Ainsi, le voilà débarqué à Rouen-les-Essarts engoncé dans la combinaison flamboyante de la plus légendaire – déjà – des équipes dirigées par un despote éclairé tout autant industriel de génie que patron intransigeant. Le Commendatore est réputé pour ses colères bien latines et cette façon insidieuse de cultiver la rivalité entre ceux qui ont le privilège de rouler pour lui.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct