Des assurances paramétriques mais pas climatiques

Lorsque leurs cultures sont dévastées ou que leur élevage est décimé suite à une catastrophe naturelle ou à des intempéries, les agriculteurs peuvent, sous certaines conditions, être indemnisés par le fonds des calamités. Un fonds qui cache un manque, celui d’une véritable assurance climatique. « Une grande partie des pays européens en sont dotés », commente Marianne Streel, présidente de la Fédération wallonne de l’agriculture (FWA), « sauf la Belgique. Pourtant, l’Europe le demande afin de protéger les agriculteurs. Mais ce sont des assurances très chères qui couvrent de vastes territoires. En Belgique, ils sont trop petits. »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct