«Le retour à l’école, pour combattre la sinistrose»

«Le retour à l’école, pour combattre la sinistrose»
Le Soir

Premier septembre. Non, 18 mai, 25 mai, 28 mai… 2020 !

Chacun de ces matins est synonyme de rentrée…

Deux mois d’arrêt. L’école revit. Je revis.

Mais pourquoi reprendre les cours dans ce contexte de crise sanitaire anxiogène ? Il peut paraître paradoxal de s’interroger sur le sens de se rendre à l’école. En effet, c’est l’école qui permet de se construire des repères et de se fixer des valeurs qui mettent ou remettent le monde en ordre.

Cette zoonose, le Covid-19, a fait plus de 350.000 morts dans le monde et en Belgique ce nombre atteint un triste record, près de 10.000 décès. Sa propagation est rapide mais le virus semble s’attaquer davantage aux personnes âgées fragilisées par de lourdes maladies chroniques. Que ferions-nous, face à une pandémie plus grave causée par un agent pathogène encore plus virulent touchant les jeunes ? Car ne nous leurrons pas il existe de très nombreux virus hébergés chez diverses espèces animales et dans la nature dont les effets nous sont absolument inconnus.

Quittons la peur

Ce coronavirus, c’est 15 gènes capables de mettre la quasi-totalité du monde en confinement et en récession. Et si dans l’attente de tous les virus potentiels, l’obligation scolaire était remise en cause ? Cette absence d’esprit critique, cette sinistrose, cette spirale négativiste sont néfastes pour notre santé mentale. Nous avons été réduits à des êtres biologiques mais l’être humain est un être qui a besoin des autres. Quittons la peur et retrouvons la confiance !

Un invité mystère

Certes ce coronavirus existe. Invisible et présent. Microscopique et géant de la peur. Vivant, provoquant tant de morts dans nos familles. Certaines sont décimées par cette pneumonie. Elles vivent un deuil tragique difficilement surmontable.

On n’en connaît pas grand-chose de ce virus, cet invité mystère qui s’installe chez nous, sans gêne, lors de nos repas de famille. Il s’invite dans nos vies d’abord puis dans nos corps.

C’est une immense famille de virus (SARS-CoV et MERS-CoV) généralement bénins pour les humains. Néanmoins, cette famille est responsable de 3 épidémies mortelles au 21e siècle. Elles impliquent donc ces coronavirus hébergés par des animaux et transmis soudainement à l’homme.

Ce virus émergent à ARN (Acide RiboNucléique) monocaténaire enfermé dans une capside est l’agent pathogène (SARS-CoV) responsable du syndrome respiratoire aigu sévère (SARS), le premier épisode en 2002 en Chine et le second épisode en 2019 (SARS-CoV-2). Le virus est un parasite intracellulaire obligatoire qui doit utiliser nos cellules pour se reproduire, survivre et se propager. Mais ce virus ignore le mal qu’il fait, il veut juste vivre…

L’école, reflet de nos jeunes

Croyez-moi je la perçois fortement, l’inquiétude de la jeunesse. Mais nous sommes là pour vous rendre ce droit à l’instruction et à l’éducation. Alors venez ! Re-venez ! Dans cette école, la vôtre. Elle vous connaît. Elle sent, l’école, un pas lourd et fatigué puis le lendemain un pas plus léger mais plus assuré. Elle connaît, l’école, vos doutes et vos espoirs, vos incertitudes et vos convictions profondes. Elle sait, l’école, que vos vies d’adolescents sont compliquées. Elle touche, l’école, aux vraies valeurs de la vie, celles du travail, du partage et de la solidarité. Elle voit, l’école, vos changements physiques, votre évolution psychologique, votre équilibre. L’école c’est vous, vous l’avez choisie, c’est votre reflet.

L’éducation impartiale, si essentielle…

Cette école, c’est d’abord un lien pédagogique. Elle transmet les connaissances qui ont fait le monde d’aujourd’hui. L’école a pour mission première de développer le plus possible le potentiel intellectuel de l’élève. Or, le développement de l’intelligence donne de la liberté. Celle de choisir son métier, son avenir, son mode de vie. Pour être libre, il faut pouvoir choisir et pour choisir il faut savoir. L’instruction est désormais obligatoire dans presque tous les pays du monde et cette obligation donne toute son importance à l’école. Le rôle de toutes les écoles est de former des êtres libres et érudits.

Dans ces moments où les informations débiles, les fausses rumeurs et les expertises de non-experts inondent la toile, l’éducation impartiale est essentielle. Les jeunes doivent apprendre à respecter la biodiversité et à arrêter d’utiliser des pesticides, des insecticides, des métaux lourds qui empoisonnent et massacrent la nature. Il faut repenser la relation entre l’homme et la Terre et éviter de détruire, polluer et surexploiter car, j’en suis persuadée, il y a un lien entre le débordement de l’humain sur la nature et l’émergence d’agents pathogènes. Mais le rôle de l’école ne s’arrête pas là.

Des liens sociaux anéantis

C’est aussi un lien social, mais on peut se demander comment les élèves forment un groupe pour œuvrer ensemble vers la réussite sans perdre leur individualité propre ? L’école est invitée à former les jeunes à devenir des individus aptes à vivre ensemble et coopérer. Ce confinement a, du jour au lendemain, anéanti les liens sociaux qui sont les meilleurs prédicteurs de santé des jeunes. Le rôle social est primordial et les liens cruciaux.

Ce serait traumatisant, selon certains experts, de revenir à l’école, suivre les marquages au sol, adhérer au lavage des mains, à la désinfection de sa classe au port du masque. Pourquoi serait-ce stressant pour des adolescents ? Sans doute beaucoup constatent que les règles d’hygiène et de distanciation sociale font partie désormais de notre quotidien. Je suis convaincue qu’il serait plus traumatisant de retourner à l’école en fin d’année pour remplir un sac plastique de vos effets personnels : du Bescherelle poussiéreux qui habite votre casier depuis 6 ans ou plus, du dictionnaire ou de vos manuels divers aux couvertures taguées que de revenir sereinement dans ces 4 murs qui ont tout entendu de vos réussites, de vos pleurs de vos échecs et de vos cœurs brisés.

Alors si vous avez peur, venez… re-venez !

Cet article réservé aux abonnés
est en accès libre sur Le Soir+
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

     

    Cet article réservé aux abonnés est exceptionnellement en accès libre

    Abonnez-vous maintenant et accédez à l'ensemble des contenus numériques du Soir : les articles exclusifs, les dossiers, les archives, le journal numérique...

    1€
    le 1er mois
    J'en profite
    Déjà abonné?Je me connecte
    Aussi en Cartes blanches