UE: après un piteux 25e anniversaire, quel avenir pour Schengen?

La police française a mené des contrôles, le week-end dernier, à la frontière franco-belge pour y refouler les automobilistes ne disposant pas de raison valable pour se rendre outre-Quiévrain.
La police française a mené des contrôles, le week-end dernier, à la frontière franco-belge pour y refouler les automobilistes ne disposant pas de raison valable pour se rendre outre-Quiévrain. - AFP.

Le 26 mars dernier, quelques jours après les premières mesures de confinement en Belgique et l’annonce de restrictions aux frontières du pays, et ailleurs dans l’Union européenne, en réponse à la crise Covid-19, le Luxembourg était le seul pays de l’UE à s’émouvoir de ce triste symbole pour célébrer, ce jour précis, les 25 ans de l’entrée en vigueur de l’Espace de libre circulation Schengen.

Le Grand-Duché « appelle à rétablir Schengen dans les meilleurs délais (…) et à veiller à préserver cet édifice, qui est à la fois le symbole de notre Union et de nos libertés, et qui est devenu une des conditions de notre solidarité et de notre prospérité », écrivait alors le ministre luxembourgeois des affaires étrangères et européennes, Jean Asselborn.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct