Justine Henin: «Il faudra apprendre à faire le deuil de certaines choses…»

Justine Henin avoue avoir adoré redécouvir les pétits coins de sa région, en famille, durant ce confinement.
Justine Henin avoue avoir adoré redécouvir les pétits coins de sa région, en famille, durant ce confinement. - Belga

Neuf heures du matin pile, Justine Henin arrive à son académie de Limelette (Wavre) en portant le masque, « obligatoire » dit le panneau à l’entrée. Ces dernières années, on avait pris l’habitude de fixer rendez-vous à l’ex-n°1 mondiale à Roland-Garros où elle a écrit le meilleur de sa légende (quatre sacres). Crise sanitaire oblige, c’est dans un contexte totalement différent, et qu’on n’imaginait pas encore voici trois mois, que nous l’avons rencontrée. Le club de Justine affiche un intérieur sans vie (jusqu’à lundi...), mais pourtant la propriétaire n’a pas cessé de travailler, de penser et de réfléchir durant cette période unique. Pendant une petite heure, et à une distance respectable, elle nous a partagé ses réflexions sur son monde avant, pendant, et après le coronavirus...

Justine, plus que jamais, on se doit de vous poser la question sur votre santé et celle de vos proches

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct