La confusion règne autour des congés du bâtiment

La confusion règne autour des congés du bâtiment
RENE BRENY

C’est une tradition depuis de nombreuses années. Chaque été, pelleteuses, bétonneuses et autres engins de chantier gardent le silence pendant plusieurs semaines. L’ensemble du secteur du bâtiment et de la construction est alors en congés. Mais cette année, le brouhaha des machines pourrait bien ne pas s’arrêter. Beaucoup d’entreprises souhaiteraient en effet déroger à la règle et poursuivre le travail. C’est le cas notamment de Besix qui a dû mettre à l’arrêt ou ralentir un grand nombre de ses chantiers durant le confinement. « Nous demandons de la flexibilité, aussi bien aux politiques qu’aux syndicats et à nos propres collaborateurs pour qu’on puisse essayer de travailler pendant l’été. Cela nous permettrait de rattraper les retards importants qui ont été pris », commente Henry de Harenne, le porte-parole du groupe. Une démarche soutenue par la Confédération Construction, qui publie ce vendredi ses desiderata pour une relance du secteur.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct