Les interprètes freelance de l’UE se disent abandonnés

«
Certains collègues n’ont plus rien depuis mars
», dénonce un interprète.
« Certains collègues n’ont plus rien depuis mars », dénonce un interprète. - Reuters.

C’est une armée sans solde. Des « faux indépendants » sans le sou. La cohorte des interprètes freelance employés par les institutions de l’UE, ce maillon capital, indispensable au bon fonctionnement de la tour de Babel européenne, traverse une mauvaise passe. Avec la pandémie du coronavirus, la mise au frigo de quantité d’activités, réunions, conférences, la demande d’interprétation « s’est effondrée, a chuté dramatiquement », disent-ils. Leurs revenus également.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct