Etats-Unis: en manque de diversité, la police américaine dans le viseur

Le chef de la police de Minneapolis, Medaria Arradondo (à dr.), un genou à terre au passage du cortège funèbre de George Floyd, ce jeudi
: un geste fort, mais trompeur...
Le chef de la police de Minneapolis, Medaria Arradondo (à dr.), un genou à terre au passage du cortège funèbre de George Floyd, ce jeudi : un geste fort, mais trompeur... - AFP.

L’image est belle, mais trompeuse : des policiers casqués, lourdement armés, mettant un genou à terre en solidarité avec les manifestants. Cette désescalade pratiquée en de nombreux points des Etats-Unis n’a cependant pas suffi à amoindrir l’image déplorable laissée par la mort atroce, devant une caméra, de George Floyd, écrasé par le genou de l’agent Derek Chauvin le 25 mai à Minneapolis, et des violences policières lors des manifestations qui se sont ensuivies.

Le beau geste d’une poignée de membres des forces de l’ordre n’est guère pris au sérieux par les protestataires qui, dans les rues de New York ou de Washington, ont été reçus à coups de matraques, de gaz lacrymogène, repoussés sans ménagement.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct