«Les centres d’archives privés ont besoin d’un nouveau cadre légal»

«Les centres d’archives privés ont besoin d’un nouveau cadre légal»

Madame la ministre de la Culture,

La crise actuelle que vit la société belge amène les institutions, les organisations, les entreprises, les citoyen.ne.s à repenser leurs modes d’action. Des milliers de travailleurs et travailleuses sont en télétravail, des collectifs se mobilisent pour les plus précarisés ou les plus touchés par la crise sanitaire et sociale, des acteur·rice·s du secteur socioculturel continuent à mener leurs missions. Les formes des interactions ont changé ou, à l’inverse, se sont intensifiées : aux réunions en présentiel se substituent les vidéoconférences, les réseaux sociaux sont plus que jamais sollicités par la population pour (re)créer ou maintenir du lien, l’usage de plateformes où s’échangent des connaissances, des pratiques, des réflexions se répand, les communiqués, les cartes blanches se multiplient, etc. Bref, autant de traces d’une société qui vit et se (re)pense.

Un centre de partage sur les expériences liées au Covid-19

Les archivistes ne sont pas en reste. Conscient.e.s du caractère exceptionnel de cette crise, des initiatives sociétales qui en résultent et de la nécessité d’en conserver la mémoire, ils se sont mobilisés et se sont adaptés aux circonstances. Depuis un mois, la plateforme Archives de Quarantaine Archief est active. Ses objectifs sont ambitieux. Elle relaie les initiatives de collecte et de valorisation des témoignages sur le Covid-19 et sur le confinement ; elle référencie les actions de même nature des services d’archives privées et publiques ; elle constitue un formidable centre de partage de connaissances pour les professionnels de l’archivistique et le/la citoyen·ne lambda. Ce projet peut déjà être crédité d’une belle réussite en termes de mobilisations et de dynamisme. Des centres d’archives privées en ont été quelques-unes des chevilles ouvrières. Nul doute que d’autres s’y investiront en partageant les fruits de leurs récoltes d’archives, leur expertise, leur expérience.

Comprendre le passé pour bâtir l’avenir

Pourtant, les centres d’archives privées restent les incompris du secteur socioculturel. Ils sont considérés à tort comme un secteur subsidiaire du patrimoine culturel en Fédération Wallonie-Bruxelles. Maintes fois ne sont-ils pas assimilés aux musées ou aux bibliothèques ? Leurs missions, leur expertise sont en fait tout autres. Comme les archivistes des services publics, ils sont les garants de la conservation de notre mémoire collective. Ils accompagnent et conscientisent les différents acteur·rice·s de société à gérer leurs documents au quotidien, quels qu’en soient leur forme (images, textes, etc.) et leur support (papiers, électroniques, etc.). Ils trient, classent, conservent, valorisent, forment selon des normes internationales et des pratiques construites tout au long de leur expérience. Il s’agit là d’enjeux de bonne gouvernance – gérer l’information pour agir en toute transparence ; il s’agit là d’un enjeu démocratique – étudier et comprendre le passé pour poser les bases d’actions présentes et futures.

La mémoire collective en danger

Ces centres d’archives seront-ils en capacité d’assumer ces missions essentielles à moyen et à long termes ? La plateforme #AQA montre une nouvelle fois ce dont ils sont capables. Mais, derrière, elle les confronte, à nouveau, à leur principal écueil : l’insuffisance des moyens financiers. Depuis des années, les centres d’archives privées sont confrontés à de fortes difficultés pour assurer certaines de leurs missions élémentaires, comme la conservation des documents, faute d’un refinancement substantiel. La crise actuelle et les pertes sèches qu’elle occasionne n’amélioreront certainement pas leur situation – d’autant que les centres d’archives privées ne peuvent pour le moment pas prétendre au fonds d’aide prévu par la Fédération Wallonie-Bruxelles, ce qu’ils regrettent. La mémoire collective et tous les enjeux qu’elle sous-tend sont en danger.

Un décret à revoir en profondeur

Seul un choix politique fort de votre part, Madame la ministre, permettrait d’éviter ce danger. À notre sens, il doit s’articuler autour de deux axes majeurs. Primo, la déclaration de politique communautaire du gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles prévoit la révision du décret régissant les centres d’archives privées. Nous ne pouvons que vous encourager à concrétiser cet engagement, et en concertation. En effet, au cours de ces dernières années, la presque totalité des secteurs de la culture ont connu des révisions de décret ; les centres d’archives privées restent quant à eux sous le régime d’un décret qui ne dispose d’aucun arrêté d’application. Revoir ce décret en profondeur et lui adjoindre des arrêtés d’application sont une nécessité qui répondrait à un besoin de transparence et de mise en conformité avec les réalités des centres d’archives.

Ravaloriser l’enveloppe budgétaire

Secundo, la révision de ce décret ne peut s’envisager qu’avec une revalorisation de l’enveloppe budgétaire. Sans quoi, mener l’ensemble des missions assignées aux centres d’archives privées relève de l’impossible. En tant qu’acteurs du présent et garants de la mémoire de notre Fédération, ceux-ci méritent, dès aujourd’hui, toute votre attention.

*Signataires : Mateo Alaluf, Professeur honoraire de l’Université Libre de Bruxelles ; Pierre Annet, Secrétaire général Solidaris Liège ; France Arets, Présidente de l’asbl CRACPE, Collectif de Résistance Aux Centres Pour Etrangers ; Paul Aron, Professeur à l’ULB et directeur de recherches au FNRS ; ASSPROPRO, Association des programmateurs professionnels ; Joerg Bader, Directeur Centre de la photographie, Genève (Suisse) ; Jean-Baptise Baronian, Écrivain, Administrateur de l’Association des Ecrivains de Belgique, membre de l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique et président des Amis de Georges Simenon ; Minervina Bayon, Pour l’ASBL Promotion & Culture ; Françoise Bernard, Secrétaire Générale SETCa Liège-Huy-Waremme ; Kenneth Bertrams, Professeur ULB ; Paul Blanjean, Président des Equipes populaires ; Thierry Bodson, Secrétaire général de l’Interrégionale wallonne de la FGTB ; Francine Bolle, Historienne, maître de conférences à l’ULB, coordinatrice de l’Institut Marcel Liebman ; Philippe Bordignon, Pour l’ASBL l’Union Liégeoise pour la Défense de la Paix (ULDP) ; Steve Bottacin, Auteur, animateur au sein de l’asbl Barricade (Liège) ; Hassan Bousetta, Chercheur FNRS, Professeur de recherche à l’université de Liège, ancien directeur de l’atelier Liegeois Pour la Promotion de l’histoire et des archives sociales (ALPHAS) ; Yannick Bovy, Centre d’Education Populaire André Genot (CEPAG) ; Xavier Canonne, Directeur du Musée de la Photographie de Charleroi ; CARHIF (Centre d’Archives et de Recherches pour l’Histoire des Femmes asbl) ; Centre d’Action Laïque de la Province de Liège ; CDGAI (Centre de Dynamique des Groupes et d’Analyse Institutionnelle, Liège) ; Centre d’Histoire et de Sociologie des Gauches (ULB) ; Jean-Michel Chaumont, Professeur à l’UCL et chercheur qualifié au FNRS ; Alexandre Chevalier, Président du Conseil International des Musées (ICOM) Belgique Wallonie-Bruxelles ; Pierre Clement, Coordinateur Festival de Liège / Manège Fonck ; Marie-Thérèse Coenen, Historienne, à titre personnel ; Marcella Colle-Michel, Présidente de l’asbl « Les amis du musée herstalien » et inspectrice d’Histoire de l’Enseignement secondaire et supérieur non-universitaire de la Communauté française ; Rudi Creeten, Préfet des Etudes de l’Athénée Léonie de Waha (Liège) ; Jacques Crul, Directeur de Blegny-Mine ; François D’Agostino, Animateur de l’Association culturelle Joseph Jacquemotte et du Cercle Louis Tayenne ; Isabelle Dalimier, Membre du Conseil d’administration de l’asbl Les Rendez-Vous de Richelle ; Jean-Pierre Dardenne, Cinéaste ; Luc Dardenne, Cinéaste ; Dominique Dauby, Secrétaire générale des Femmes Prévoyantes socialistes de Liège ; Géraldine David, Directrice Bibliotheca Wittockiana ; Jean-Luc Demeulemeester, Professeur (histoire de la pensée économique) ULB ; Martine De Michele, En Cie du Sud ; Roger Dehaybe, Administrateur général honoraire de la Francophonie et Ancien Commissaire général aux relations internationales de la FWB ; Michael Delaunoy, Metteur en scène, pédagogue, directeur du Rideau de Bruxelles ; Vincent Delcorps, Professeur invité UCLouvain et IHECS ; Annick Delfosse, Professeure d’histoire moderne (ULiège) ; Chloé Deligne, Historienne, chercheuse FNRS, ULB ; Myriam Delmee, Présidente SETCa Fédéral ; Thierry Delplancq, Archiviste et membre fondateur de l’AAFB ; Guy Delsaut, Président de l’Association Belge de Documentation (ABD-BVD) ; Laurent Demoulin, Ecrivain et enseignant à l’ULiège ; Claude Depauw, Ancien membre du Conseil des archives privées ; Filip Depuydt, Borigines – Vincent Van Gogh au Borinage ; Claude Desama, Professeur émérite de l’Université de Liège, Docteur en Philosophie et Lettres (Histoire), membre du Conseil d’administration d’ALPHAS ; Florence Descamp, Maître de conférences HDR en histoire, Ecole pratique des Hautes Etudes, Paris (France) ; Pierre De Spiegeler, Historien ; Leona Detiege, Présidente de la Section Belge du Centre International de Recherche et d’Information sur l’Economie publique, sociale et coopérative ; Marie-Laurence Dubois, Présidente de l’AAFB et Consultante en Gouvernance de l’information ; Estelle Duchesne, Formatrice Histoire du CAF (Centre d’Autoformation et de Formation continuée de WBE) ; Christian Dupont, Historien (ancien aspirant au FNRS et ancien journaliste) ; Nicolas Dupont, Géologue, UMOns ; Martine Dutron, Chercheur doctorant en histoire (FSR) à l’Université Catholique de Louvain ; Ariane Estenne, Présidente du MOC ; Pierre Etienne, Membre de comité scientifique de l’IEV ; Michèle Fauviaux, Inspectrice de l’Enseignement primaire ; La Fonderie asbl ; Aurore François, Professeure à l’UCLouvain ; Gérard Gacon, Président de l’Association des Amis de Benoît Malon ; Éric Geerkens, Professeur d’histoire économique et sociale (ULiège) ; Philippe Gémis, Historien-archiviste ; Frédérick Genevée, Président du Musée de l’histoire vivante (France) ; Isabelle Gillard, Directrice Incidence, la Fédération de la Créativité et des Arts en amateur ; Jacques Gillen – Membre du Conseil scientifique du CArCoB ; Florence Gillet, CegeSoma – Archives de l’État ; Geoffrey Goblet, Président de la Centrale Générale FGTB Liège-Huy-Waremme ; José Gotovich, Professeur honoraire à l’ULB et directeur scientifique du Carcob ; Eliane Gubin, Professeure honoraire ULB, membre du Carhif-AVG (Centr d’archives et de recherches en histoire des femmes) et ancienne co-présidente ; Martin Guérard, Responsable national des JOC ; Thomas Gunzig, Écrivain ; Kaï Heidemann, Professeur assistant en sociologie, Maastricht University (Pays-Bas) ; Jean-Jacques Heirwegh, Professeur à l’ULB ; Annette Hendrick, Archiviste indépendante (Oram) ; Ollivier Hendrik, Historien-archiviste ; Jean-Michel Heuskin, Directeur asbl MNEMA – La Cité Miroir (Liège) ; Cécile Hoornaert, Directrice de l’asbl La Bobine ; Institut Marcel Liebman ; Farah Isamaili, Directrice de la Fédération des Employeurs des secteurs de l’Education permanente et de la Formation des Adultes ; Jérôme Jamin, Président de l’asbl Les Territoires de la Mémoire ; Séverine Janssen, Directrice BNA-BBOT ; Serge Jaumain, Professeur d’Histoire contemporaine (Europe/Amérique) à l’ULB ; Amandine Kech, Animatrice-coordinatrice Magma asbl ; Jean-Pascal Labille, Secrétaire Général Union Nationale des Mutualités Socialistes – Solidaris ; Clément Lalot, Directeur Musées et Société en Wallonie ASBL ; Jean Lambert, Artiste – auteur – metteur en scène – membre et administrateur des Ateliers de la Colline ; Catherine Lanneau, Historienne, Professeure à l’ULiège ; Peter Laroy, Directeur Liberas (Centrum voor de Geschiedenis van het Vrije Denken en Handelen) ; Hugues Le Paige, Journaliste-réalisateur ; Claire Leblanc, Directrice du Musée d’Ixelles ; Françoise Lempereur – Titulaire des cours du Patrimoine culturel immatériel à l’ULiège ; Cédric Lomba, Directeur de recherche en sociologie au Centre National de Recherche Scientifique (France) ; Paul Lootens, Ancien Président de la Centrale Générale FGTB ; Christine Mahy, Secrétaire générale et politique du Réseau Wallon de lutte contre la Pauvreté (RWLP) ; Pierre Malaise, Directeur de la CESSOC ; Rosario Marmol-Perez, Pour l’ASBL La Cible ; Marco Martiniello, Centre d’étude de l’Ethnicité et des Migrations-Institut de Recherches en Sciences Sociales (CEDEM-IRSS), Université de Liège ; Marie Meurant, Conservatrice du musée de la Ville de Herstal ; Anne Morelli – Professeure honoraire de l’ULB ; Stan Neumann – Réalisateur ; Jean-Pierre Nossent – Président Peuple et Culture en Wallonie et à Bruxelles ; Carmelia Opsomer – Membre de l’Académie royale de Belgique ; OLAV Overleg Landelijke Archieven Vlaanderen et ses 9 membres : ADVN, Letterenhuis, VAi, Kadoc-KULeuven, Amsab-ISG, Liberas, Vlaams Rijksarchief, CAVA et AMVB ; Christine Pagnoulle – Secrétaire d’ATTAC-Liège et membre du conseil d’administration du CADTM ; Peuple et Culture asbl ; Jean-Marie Piemme, Dramaturge ; Valérie Piette, Professeure d’histoire contemporaine, doyenne de la faculté de Philosophie et Sciences sociales, ancienne membre et ancienne vice-présidente du Conseil Supérieur des Centres d’archives privées de la Communauté française de Belgique ; Jean-Yves Pirenne, Directeur d’ALPHAS ; Pierre PIRET, Professeur de littérature ULouvain ; Cyrille Prestianni, Président de la Maison Arc-en-Ciel (Liège) ; Jean Puissant, Président du Conseil d’administration du SAICOM ; Jean-François Ramquet, Secrétaire Régional de la FGTB Liège-Huy-Waremme ; Bénédicte Rochet, Chargée de cours Unamur ; Anne Roekens, UNamur (Histoire) ; Jacques Smits, Ancien directeur du Centre d’Action Laïque de la Province de Liège ; Robert Tangre, Président de l’Association culturelle Joseph Jacquemotte ; Nelleke Teughels, Rédactrice en chef de l’ABHC (Association belge d’Histoire contemporaine) ; Tilly Pierre, Chercheur qualifié et enseignant UCL ; Timur Uluç, Secrétaire général de la Commission Justice et Paix ; Claude P. Vael, Ancien président du Conseil des archives privées ; Christian Vandermotten, Professeur émérite ULB et membre de la Classe des Lettres à l’Académie Royale de Belgique ; Geert Van Goethem, Directeur de l’Amsab-Institut d’Histoire Sociale, Gand ; Willem Vanneste, Voorzitter sectie Archief VVBAD ; Karel Velle, Archiviste général du Royaume – directeur général des Archives de l’État ; Hilde Vernaillen, Administrateur, Président du Comité de Direction P&V – VIVIUM ; Nicolas Verschueren, Directeur de l’Institut d’études européennes (ULB) ; Annick Vilain, Membre du CA du CArCoB ; Geneviève Warland, Professeure invitée UCLouvain ; Willy Wolsztajn, Artiste (dessinateur).

Cet article réservé aux abonnés
est en accès libre sur Le Soir+
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

     

    Cet article réservé aux abonnés est exceptionnellement en accès libre

    Abonnez-vous maintenant et accédez à l'ensemble des contenus numériques du Soir : les articles exclusifs, les dossiers, les archives, le journal numérique...

    7,5€/mois
    pendant 6 mois
    J'en profite
    Déjà abonné?Je me connecte
    Aussi en Cartes blanches
    • d-20200626-GGRDU5 2020-06-26 22:37:59

      Carte blanche «Déboulonnons les racismes»