John Cockerill piège le coronavirus dans sa station d’épuration

La taille de filtration du système Medix est plus basse que la taille de la plupart des virus, et ceux-ci ne pouvent pas passer au travers des membranes.
La taille de filtration du système Medix est plus basse que la taille de la plupart des virus, et ceux-ci ne pouvent pas passer au travers des membranes. - D.R.

On peut appeler ça une bonne surprise : alors que John Cockerill s’apprête à commercialiser une solution de traitement par voie biologique des eaux usées pour en éliminer les micropolluants pharmaceutiques, baptisée Medix, le groupe liégeois s’est rendu compte que sa station d’épuration pilote, actuellement installée à l’hôpital Saint-Pierre d’Ottignies, permettait également de retenir 99,9 % des particules virales avant qu’elles soient rejetées dans les cours d’eau, et donc dans la nature. Au rang des virus piégés, on retrouve… le SARS-CoV-2, responsable de la maladie dite Covid-19 ! « Ce n’était pas notre objectif premier », concède Olivier Henriet, ingénieur responsable du projet Medix. « Mais nous avons constaté que nos filtres retenaient la quasi-totalité du virus ».

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct