Afrique du Sud: Collins Khosa, le «George Floyd» de Johannesburg

Manifestation en hommage aux deux victimes, l’Américain George Floyd et le Sud-Africain Collins Khosa, le 5 juin, devant l’ambassade des Etats-Unis à Pretoria.
Manifestation en hommage aux deux victimes, l’Américain George Floyd et le Sud-Africain Collins Khosa, le 5 juin, devant l’ambassade des Etats-Unis à Pretoria. - EPA.

Sans l’émoi provoqué par le meurtre de George Floyd, on n’aurait sans doute jamais reparlé de Collins Khosa en Afrique du Sud. Cette semaine, la police a ouvert une enquête interne sur 7 agents qui ont assisté, sans broncher, au tabassage de cet homme noir de 40 ans du township d’Alexandra, à Johannesburg. Le 10 avril, Khosa était en train de dîner dans sa cuisine. Il a été sommé de sortir dans la rue, où il a été battu par 10 soldats. Il est décédé le soir même. Selon les forces de l’ordre, Khosa avait bu de l’alcool dans sa cour : rien d’illégal, pourtant. Les soldats l’ont arrosé de bière avant de le rouer de coups, notamment avec la crosse d’un fusil, selon huit témoins. Plusieurs voisins ont filmé la scène. Mais les images ont disparu : les soldats les ont forcés à les supprimer.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct