Facebook, le paradis des avis extrêmes

Mark Zuckerberg, le patron de Facebook.
Mark Zuckerberg, le patron de Facebook. - Reuters

Un mercredi peu après 22h00, Candace Owens poste une vidéo sur Facebook. Son titre : « Je l’avoue : je ne soutiens pas George Floyd, et je refuse de voir en lui un martyr. Mais j’espère que justice sera faite pour sa famille. » Dans la vidéo, cette Noire dit qu’elle se devait de parler de quelque chose qui la tracassait depuis longtemps mais qu’elle n’avait pas encore pu exprimer, la pression étant trop forte pour se ranger du côté de l’avis général. Pendant 18 minutes et 12 secondes, elle se « lâche ».

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct