Coronavirus: la dépendance de l’OMS aux fonds privés comporte des risques

Bill Gates.
Bill Gates. - Reuters

Lorsqu’il y a peu, le Bundestag (le parlement allemand) a débattu de questions de santé mondiale, Ottmar von Holtz (Alliance 90/Les Verts) a osé une question rhétorique : « Que se passera-t-il après Bill Gates ? » Par cette question, il a voulu mettre l’accent sur la dépendance de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) à son principal bailleur de fonds, la Fondation Bill et Melinda Gates. « Si le nouveau conseil de fondation définit de nouvelles priorités, qui leur dictera ce qu’il faut faire et ne pas faire ? » L’homme politique a alors marqué un court silence. « Personne », a-t-il ajouté. « Et c’est bien là le cœur du problème. »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct