Didier Mbenga: «Sans la Belgique, je ne serais pas l’homme que je suis»

Photo News
Photo News

Los Angeles, son Staples Center, la maison des Lakers… De Kobe Bryant évidemment, leur dernier héros tragiquement décédé fin janvier, mais aussi d’un certain Didier Ilunga Mbenga ! « DJ », comme l’a baptisé Mark Cuban, le bouillonnant milliardaire propriétaire des Mavericks de Dallas, l’équipe avec laquelle il a découvert la grande Ligue et la ville où il réside toujours, est le premier Belge à avoir évolué en NBA, de 2004 à 2011 et pour quatre franchises, même si c’est en Californie qu’il a connu la gloire.

L’histoire de ce géant de 39 ans à l’envergure démesurée relève de la fable… Débarqué en 1999 comme réfugié politique à Brasschaat, pour échapper à la chasse aux Tutsis qui gangrenait jusqu’au Congo, Mbenga doit son destin magique à une rencontre fortuite avec Willy Steveniers. L’octogénaire anversois, surnommé « l’Empereur » du basket belge au temps de sa splendeur, transforma le judoka en basketteur avant que leur relation filiale se brouille aux portes de la NBA.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct