Le «racisme» de Belgique à l’épreuve des faits

La Belgique ne dispose pas d’un système légal fondé sur la race, même si notre société reproduit bien, dans les faits, «
un ordre basé sur l’appartenance raciale supposée
».
La Belgique ne dispose pas d’un système légal fondé sur la race, même si notre société reproduit bien, dans les faits, « un ordre basé sur l’appartenance raciale supposée ». - AFP.

Nous sommes peut-être à un tournant. Le meurtre de George Floyd par un policier blanc, aux Etats-Unis, provoque une véritable onde de choc dans de nombreux pays. Partout, des manifestants jettent des ponts entre cet acte insoutenable qui a pris place dans un pays, un contexte, une société spécifiques, et les violences et discriminations dont les populations noires, et racisées en général, sont victimes dans leur propre pays. C’est ce qu’on constate en Belgique depuis la manifestation du 7 juin dernier, et les appels de plus en plus pressants à mener un réel travail sur notre mémoire coloniale. Les militants comme les chercheurs insistent sur la prise en compte d’un racisme « structurel » ou « systémique » qui dépasse quelques individus isolés. Est-ce à dire que nous sommes tous racistes ? Que la Belgique elle-même est un « Etat raciste » ?

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct