«Si vous êtes là, c’est que nous sommes vivants»

«Si vous êtes là, c’est que nous sommes vivants»

Les habitants et promeneurs n’en revenaient pas le week-end dernier. Soudain des musiciens ont installé leurs amplis, micros, synthés, guitares, percussions et cuivres sur le bitume d’une rue, d’une place, d’un carrefour d’Ixelles et ont commencé à jouer. De la soul. Des arrangements de Stevie Wonder, d’Aretha Franklin et leurs propres compositions. Du rythme, des riffs, du chant. C’était inattendu, chaleureux, dynamique. Les gens s’arrêtent, sourient, esquissent des mouvements, se mettent à danser, certains même avec frénésie.

Le public est heureux. Les musiciens aussi. Ils ont la pêche. Ils jouent enfin devant des gens après des semaines confinés chez eux. Leurs bananes, leur fougue, leur joie sont la preuve qu’il était temps. De redonner de la musique et de la vie à tout le monde. Comment résister en effet à « Signed, sealed, delivered », « I wish », « Superstitious » ? C’est de la bombe, cette musique, qui explose en particules de bien-être, de bonne humeur, de bonheur.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct