Pierre Vaiana: «Ce qui est fantastique dans le jazz, c’est que c’est tous les jours nouveau»

Jean-Louis Rassinfosse, Pierre Vaiana et Fabien Degryse à la guitare. Vingt-sept ans de musique et d’amitié.
Jean-Louis Rassinfosse, Pierre Vaiana et Fabien Degryse à la guitare. Vingt-sept ans de musique et d’amitié. - Maël Lagadec.

C’était le 5 octobre 1992. Un concert au Travers, un sacré club de jazz de Saint-Josse. Un trio jouait « Chanson douce », « L’hymne à l’amour », « Les uns contre les autres », « Le plat pays », « Le temps des cerises »… Des classiques de la chanson française repris par le jazz de Pierre Vaiana, Pierre Van Dormael et Jean-Louis Rassinfosse. On connaît les standards de jazz, covers de tubes des comédies de Broadway. Le trio s’est dit : pourquoi ne pas jouer des mélodies qui sont notre poésie à nous, nos références, notre univers ? Et, je m’en souviens encore, ça m’avait transporté.

Vingt-huit ans plus tard, le Travers n’existe plus. Mais le trio est toujours là sauf que Fabien Degryse a, dès l’année suivante, remplacé Pierre Van Dormael. Et L’Âme des poètes, le titre de leur premier disque, d’après la chanson de Trénet, devenu le nom de leur trio, en est à son huitième album, Le métèque. Pierre Vaiana nous en parle.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct