Himalaya: le champ miné de la rivalité entre l’Inde et la Chine

Rassemblement en hommage aux soldats indiens tués lors de l’accrochage frontalier avec la Chine, mercredi à Kolkata.
Rassemblement en hommage aux soldats indiens tués lors de l’accrochage frontalier avec la Chine, mercredi à Kolkata. - EPA

Le sacrifice de nos soldats n’aura pas été en vain », a assuré mercredi le Premier ministre indien Narendra Modi à la télévision. Les propos de M. Modi, nationaliste hindou réélu l’an dernier après une campagne axée sur les enjeux sécuritaires, étaient destinés à ses concitoyens choqués par la perte de 20 soldats, tués lundi soir dans un accrochage avec la Chine aux confins du Ladakh, dans l’Himalaya. Il s’agit du premier affrontement meurtrier, depuis 45 ans, entre les deux puissances nucléaires. Au-delà de la fibre patriotique mise à vif, M. Modi fait face à un défi majeur en politique étrangère, alors que son pays est frappé de plein fouet par la pandémie du Covid-19 et qu’il n’a pas les moyens de mener un conflit armé contre son puissant voisin.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct