Une chanson vieille de 154 ans

La légende veut que le chansonnier et communard français Jean Baptiste Clément (à qui l’on doit aussi la ronde enfantine Dansons la capucine) ait écrit les paroles du célèbre Temps des cerises lors d’un voyage où une maison entourée de cerisiers l’inspira. Seize ans plus tard, en 1882, il dédia son texte à une infirmière qu’il avait rencontrée lors de la Semaine sanglante qui mit fin à la Commune de Paris. Elle s’appelait Louise. La chanson a été assimilée à l’échec de la révolution avec ces « pendants d’oreille » cueillis « en rêvant », qui finissent « tombant en gouttes de sang ». Mais elle évoque aussi un amour trop bref et perdu, ce qui explique son immense succès populaire, 154 ans après avoir été écrite.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct