L’homme à la tête du tracing en Belgique décrit comme «totalitaire», des experts inquiets pour la protection des données

L’homme à la tête du tracing en Belgique décrit comme «totalitaire», des experts inquiets pour la protection des données
Le Soir

Le traçage du Covid-19 en Belgique est orchestré pratiquement par un seul homme, Frank Robben, qui a rédigé l’arrêté royal fixant les conditions du suivi des contacts des malades touchés par le coronavirus, révèle une enquête du magazine Wilfried publiée vendredi. Le fonctionnaire se trouve pourtant au cœur de multiples soupçons de conflits d’intérêts, écrit le magazine. Son mandat à l’Autorité de la protection des données (APD), lieu de contre-pouvoir, est en outre illégal.

À la demande du gouvernement, Frank Robben, membre de la task force « Data Against Corona » et à la tête de multiples entités par lesquelles transitent les données privées de santé et de sécurité sociale, a rédigé fin avril un projet d’arrêté royal controversé. Le texte encadre le traçage manuel et numérique des malades du Covid-19, notamment via des centres d’appels qui alimentent une base de données centrale, gérée par l’Institut de santé publique Sciensano.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct