Les racines élémentaires de Costa-Gavras: «Lorsque j’ai fui mon pays, c’était une affaire de survie»

«
Rester soi-même, ce n’est pas toujours facile. C’est à cela que je crois. C’est ce que je répète dans mes films.
»
« Rester soi-même, ce n’est pas toujours facile. C’est à cela que je crois. C’est ce que je répète dans mes films. » - Dominique Duchesnes

Entretien

Infatigable Costa-Gavras. A 87 ans, le légendaire cinéaste franco-grec, président de la Cinémathèque française depuis 2007 (après l’avoir été cinq ans entre 1982 et 1987), demeure remarquablement vigilant sur l’état du monde, qu’il n’a cessé d’observer, de film en film, et de commenter depuis un peu plus de cinquante ans : en ex-Union soviétique, dans la Grèce des colonels, au Chili de Pinochet, dans l’Allemagne nazie, au sein du conflit israélo-palestinien.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct