Un plan pour la cohabitation entre le loup et les hommes

Le loup dans les Fagnes, une réalité à laquelle il faut se plier. © Roger Herman.
Le loup dans les Fagnes, une réalité à laquelle il faut se plier. © Roger Herman.

Le loup est là. Ce n’est pas un hasard si Céline Tellier (Ecolo), ministre régionale de l’Environnement et de la Nature, a choisi le site prestigieux du barrage de La Gileppe pour présenter le plan d’action que le Wallonie consacre au prédateur. Ou plus précisément le plan qui vise à une meilleure cohabitation entre le loup et l’homme.

Au-delà du lac et de son célèbre… lion de pierre, les forêts s’étendent à perte de vue sur les collines qui bordent la Vesdre. Plus loin encore, voici le plateau des Hautes Fagnes. Les experts en ont acquis la certitude : un des deux loups qui ont choisi de s’établir sur le sol wallon évolue dans cet environnement largement préservé.

Son nom de baptême choisi par les internautes, lui non plus, ne doit rien au hasard : Akela, de lignée germano-polonaise, une des deux voies de colonisation avec celle dite « italo-alpine », plus au sud, et qui passe par la France.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct