Grand Baromètre: le PS pâlit, c’est grave, docteur?

Le parti de Paul Magnette a toutes les peines du monde à tracer une ligne de conduite politique dans le contexte de crise, sur fond de Covid-19.
Le parti de Paul Magnette a toutes les peines du monde à tracer une ligne de conduite politique dans le contexte de crise, sur fond de Covid-19. - Belga.

Les rumeurs en ville ces dernières semaines faisaient état d’un sondage interne à un parti où le PTB dépassait le PS en Wallonie. Les rouges socialistes pousseront un ouf de soulagement. Ils sont devant, foi d’Ipsos. L’émoi passé, l’inquiétude les rattrapera tout de même. Car ils glissent, ils glissent.

En Wallonie, à Bruxelles, avec respectivement 23,7 % et 18,2 % des intentions de vote, le PS fait moins bien que dans notre sondage de mars. Moins bien qu’aux élections de mai 2019 où le parti, emmené alors par Elio Di Rupo, au bout d’une législature vents contraires, quasi toute à l’enseigne de l’affaire Nethys, avait sauvé les meubles malgré tout. Tout en réalisant, on le soulignait partout, jusqu’au sein du parti – Paul Magnette, on s’en souvient – un score historiquement bas. Un an et demi plus tard, on compte les points perdus.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct